UZES-MARRAKECH-LILLE-OSTENDE-BELLA-LA HABANA-10/2007-03/2008

13 octobre 2007

LE MIROIR DE MON PASSE

 

 

***

Voilà tout juste un an, le premier Février dernier, j'entamais un pélerinage à vélo depuis  my sweet home à Alès, jusqu'à Rabat ma ville natale, à la recherche d'un peu de rêve, de pureté, de lumière et d'innocence. J'ai trouvé tout cela et parfpois bien davantage.

Pour les petits mélomanes exclusivement : il_y_avait_un_jardin 

et pour les grands : CREVER_UN_PEU

 

Page suivante :  ~~ UN OCTOBRE ALESIEN ~~

 

 

 

Posté par chiloedream5 à 16:41

18 octobre 2007

UN OCTOBRE ALESIEN

***

***

Octobre nous gratifie d’un bel automne sur la capitale des Cévennes. Quand la lumière étale ses transparences dans les vallées au pied des monts Alésiens, il ne faut pas hésiter longtemps : fermer son pc, laisser ses affaires courantes et partir à pied, à vélo, autour de chez soi… Cela fait bien mille fois que je pars pour ce genre de promenade : il y a toujours une petite surprise, une nouvelle découverte au détour d’un chemin. Ouvrir les yeux sur la simple beauté du monde. Respirer.

***

 

***

" L'histoire justifie ce que l'on veut. Elle n'enseigne absolument rien,

car elle contient tout et donne des exemples de tout. Elle est le produit le plus dangereux

que la chimie de l'intellect ait élaboré. "

(Paul VALERY, Regards sur le monde actuel)

Pour en savoir plus sur cette bataille du Mas Cauvy :

http://www.camisard.org/mascauvyrepris.htm

***

 

 

***

Fleur d' aubergine

***

***

Fleur de courgette

***

 

***

Friandises

***

 

 

***

Chemin des Pommiers

***

***

" Mais les roses d'aujourd'hui sont artificielles,

et les filles vont les cueillir été comme hiver "

***

***

" Tu dors sous les bambous les bambous,

bandit des grands chemins tu étais fou, tu étais fou,

tu es mort à Cayenne et pas à Pantin,

il faut mourir quand même ça ne change rien "

***

***

" Ce rayon si clair au pied de mon lit, serait-ce déjà le gel?

Me soulevant, j’ai regardé : c’était le clair de lune.

Et retombant, j’ai pensé soudain à un regard ancien "

***

***

Mon petit carnet du jour est fini :

partez respirer la brise cristalline d'Octobre

et vous vous souviendrez peut-être d'un jour ancien,

d'un lointain dimanche de fiançailles...

***

" Encore une année passée

Et je porte toujours mes sandales

Et mon chapeau de pèlerin... "

(Matsuo BASHO)

 

 

 

Page suivante :  ~~ UNE SEMAINE D' OCTOBRE ~~

 

 

 

 

Posté par chiloedream5 à 17:21
24 octobre 2007

UNE SEMAINE D'AUTOMNE

***

***

La semaine dernière, je suis allé passer ma VMA, visite médicale professionnelle annuelle, à Sète. Normalement, c'est la dernière. Dans quelques mois, je ne serai plus tenu d'aller croiser les mers sur les navires. Je pourrai passer plus de temps à bord de mon bateau préféré, mon petit compagnon du vent...

***

***

Sète, c'est à 7 kms de Frontignan, 30 de Montpellier et 100 de my sweet home. Je ne saurais rester trop longtemps loin de la mer. Et à Sète, "la petite Venise languedocienne", question mer, on est servi : elle rentre dans la ville par les canaux...

***

***

N'oubliez pas, pour ma chemise de Noël, ROSE, XXXL...

***

***

Sur les coups de treize heures, quand je quitte la ville, le Biladi, en provenance de Tanger, pointe son étrave à l'horizon, avec certainement quelques marins de Gibraltar à bord, ignorant presque tout de La Duras.... Petit bateau, grand navire, horizon lumineux, cette image est un résumé de ma vie maritime...

***

***

Le week-end qui a suivi, nous nous sommes retrouvés chez Maman et Guy : instants paisibles, bons repas, musique, scrabble, beau temps...

***

***

Et ce dimanche, dans le Midi Libre, le grand quotidien régional du Midi, j'ai retenu cette image, et cet article navrant sur des vilains mangeurs d' oiseaux du bon Dieu...

***

***

Invitation à dîner chez Sébastien, nouvellement lancé dans la vie universitaire à Montpellier. J'ai revêtu mon vieux blouson cuir acheté à Bandirma (c'est en un seul mot, c'est en Turquie, j'avais chargé là-bas 1500 tonnes de poudre de Borax à bord de l' ARAMON...). Me voilà donc ce soir au volant de ma bonne vieille Safrane, en route vers Montpellier via Quissac, Corconne, Saint-Mathieu de Tréviers...

***

***

Sébastien est venu à ma rencontre à l'entrée de la ville, craignant que son capitaine de père, roi de la navigation orthodromique, s'égare sur la terre ferme...

***

***

Signe que le temps a passé,

un jour arrive où vos enfants vous servent de guide...

***

***

Seb et Julia sont bien installés : petit appartement neuf, nickel, propret, un balcon immense, une vue dégagée... Un petit nid douillet... Cela me donne envie de reprendre mes études...

***

***

Pour une fois, je ne prends pas la photo à bout de bras... Merci Sebastien.

***

***

Apéro malibu/jus d'ananas/jambon de Bayonne. Seb, son alimentation de base, ce sont les pâtes. Julia nous les prépare al dente, avec du poulet au four, et au dessert, de délicieuses tulipes à la crème de marron.

***

***

Nos enfants sont ce que nous avons de plus cher...

 

Page suivante :  ~~ SATURDAY MARKET IN UZES ~~

 

 

 

Posté par chiloedream5 à 17:22
30 octobre 2007

SATURDAY MARKET IN UZES

***

 

***

Pour les mélomanes exclusivement : 

demain_le_bonheur 

 

Page suivante : ~~ ILS VONT PASSER LES JOURS DE FÊTE ~~

 

 

 

Posté par chiloedream5 à 17:24
05 novembre 2007

ILS VONT PASSER LES JOURS DE FÊTE

***

 

 

 

 

 

 

***

Ils vont passer les jours de fête, ils vont passer, ils ne reviendront plus...

Les herbes ont rassasié d'automne fleuri les chevaux errants...

Ils vont passer les jours de fête, ils vont passer, ils ne reviendront plus...

A Nagoya, trois nuits j'ai contemplé la lune sans un nuage...

Ils vont passer les jours de fête, ils vont passer, ils ne reviendront plus...

Je voudrais bien voir sous les fleurs au point du jour, le visage de la déesse...

Ils vont passer les jours de fête, ils vont passer, ils ne reviendront plus...

Bien rude encore est le vent de la seconde lune pour aller tout nu...

Ils vont passer les jours de fête, ils vont passer, ils ne reviendront plus...

De ma chemise d'été, jamais je n'en finirai d'enlever les poux...

Ils vont passer les jours de fête, ils vont passer, ils ne reviendront plus...

Un cheval mérite qu'on le regarde même un matin de neige...

Ils vont passer les jours de fête, ils vont passer, ils ne reviendront plus...

Sans en être mort, j'arrive au bout du voyage en ce soir d'automne...

Ils vont passer les jours de fête, ils vont passer, ils ne reviendront plus...

***

Excusivement pour les mélomanes :

c_etait_hier

Page suivante : ~~ LE CENTIEME ARTICLE ~~

 

 

Posté par chiloedream5 à 17:26

08 novembre 2007

LE CENTIEME ARTICLE

***

Ce centième article pourrait s' intituler : la leçon de tricot et autres moments précieux...

***

***

A l'extérieur, Maman doit protéger ses yeux de la lumière. Emma est devenue une experte en tours de cartes. A chaque fois, elle ressort infailliblement du paquet la carte de Maman...

***

***

Bravo Emma, le coeur c'est l'amour, le trèfle c'est l'argent, le pique c'est la peine, et l'as de carreau c'est un grand voyage...

***

***

Le bocal à bonbons n'était pas réservé qu'aux enfants. Hélo et moi nous nous sommes disputés les "michokos", mi-chocolat, mi-caramel... A l'heure de mon double expresso, j'en ai engouffré 4 d'un coup. Heureusement ma bouche est grande et cela est passé à peu près inaperçu. J'ai mes crises de "goulimie" de temps en temps...

***

***

Ce week-end chez Maman, Héloïse a eu une terrible envie d'apprendre à tricoter. Un désir pareil, cela ne peut être qu'une envie de femme enceinte, j'en mettrais ma main au feu...

***

***

A chaque fois que quelqu'un passe à la maison, Maman sort son album préféré pour la plus grande joie des invités qui redécouvrent la magie de notre grand voyage du printemps dernier au Maroc avec le sweet Gipsy-Car...

***

***

Ce que nous avons de plus cher.

***

***

Anne-Laure est en train de se poser une question existentielle... Moi je ne discuterai jamais le choix de mes enfants. Se marier n'est pas une fin en soi. Si j'avais Nicolas pour gendre, je suis certain qu'il pourrait me confier le ministère de la mer... Et bien la mer, je la ferais entrer partout à l'intérieur du pays, je centuplerais les voies navigables, il y aurait des berges, des bateaux, des écluses, des canaux (et des canots), des quais, des marins, des capitaines, des éclusiers des canotiers partout même au fond des campagnes les plus reculées, sans oublier les cornes de brume, les sifflets et les sirènes... Si j'avais Nicolas pour gendre, je ferais décupler les lignes de tram, et je multiplierais par mille les pistes cyclables....

***

***

Ne soyez pas impatients de vous marier. Soyez indépendants, autonomes, apprenez à aimer la simple beauté des choses et la vie vous sourira...

***

***

Hier Mercredi, j'ai accompagné Maman à Montpellier où elle soigne sa dégénérescence maculaire. Je suis épaté à chaque fois que je viens dans cette ville à la pointe de la médecine. Je suis épaté par notre système médical, notre Sécurité Sociale. Quand on a beaucoup voyagé, on se rend mieux compte des privilèges dont nous pouvons bénéficier chez nous. A l'hopital Gui de Chauliac, le personnel est prévenant, efficace, sympathique et souriant. Cela vous donnerait presqu'envie de tomber malade...

***

***

En sortant de l'hôpital, nous passons chez Joëlle. Juste le temps de l'embrasser, trop court pour prendre une photo, c'est l'heure pour elle d'aller assister une personne âgée dans le quartier. Et c'est l'heure de la pause pour Christine, infirmière libérale. Salut les soeurs, bravo pour votre courage et votre dévouement...

***

***

Pierre nous salue de son balcon.  Salut mon neveu...

***

***

Et dans les jardins de l'hôpital Gui de Chauliac, une statue salue l'automne. Merci à tous ceux qui ont contribué à faire de Montpellier un haut-lieu de la Médecine...

***

***

Dernière photo avant la coupe. Une heure plus tard, mes mèches ont succombé sous les coups de ciseaux experts de Patricia ma coiffeuse préférée.

***

***

Avant Patricia, mon coiffeur s'appelait Léonce. Léonce le discret. Il tenait salon au Boulevard Louis Blanc à Alès. J'aimais aller chez lui parce qu'il avait une magnifique chevelure blanche ondulée et soignée. J'aimais surtout aller chez Léonce parce qu'il avait coiffé mon père. Un jour, je suis revenu d'un de mes voyages au bout du monde. La grille du salon était cadenassée. Les feuilles des grands platanes remplissaient l'espace contre la vitrine. L'enseigne jaune ne brillait plus... Léonce avait pris retraite... Mon père, lui,  nous avait quittés depuis longtemps, et un témoin de sa vie quittait les repères de mon horizon...

***

***

Patricia tient salon à trois rues de chez moi :

Paty Coiffure, 42 Faubourg du Soleil, 30100 Alès

***

***

Pour les mélomanes exclusivement :

Philistins

indifference

 

Page suivante : ~~ LA LIBERTE SE GAGNE ~~

 

 

 

 

Posté par chiloedream5 à 17:29
14 novembre 2007

LA LIBERTE SE GAGNE

***

***

Petite promenade dans l'automne de la bonne ville d'Alès, capitale des Cévennes...

Au square Jacques Taulelle, résistant fusillé en Juin 1944, on peut lire cette belle phrase :

LA LIBERTE SE GAGNE, IL FAUT LA MERITER

***

***

On rencontre des inconnus à la terrasse du Gambrinus...

***

***

Pilou, ou Milou, lui, est plus célèbre.

Technicien de surface à la Mairie de la capitale cévenole,

retraité depuis une dizaine d'années,

c'est à cette saison qu'il avait le plus de travail,

quand la tramontane s'évertuait à faire virevolter les feuillages de l'automne.

Milou, c'est notre voisin depuis 30 ans...

***

***

La ville est devenue bien coquette... Elle s'agrémente aujourd'hui de nouvelles fontaines capables de faire jaillir une eau aux couleurs bien improbables. Monsieur le Maire, l'eau doit impérativement garder sa couleur naturelle, celle qui donne soif quand on la regarde... J'adore le rose, mais surtout pas pour l'eau des fontaines...

***

***

SOYONS PURS, FERMES ET FIDELES.

AU BOUT DE NOS PEINES, IL Y A LA PLUS GRANDE GLOIRE DU MONDE,

CELLE DES HOMMES QUI N'ONT JAMAIS CEDE...

(Charles DE GAULLE. 1942)

***

. Encore une très belle phrase qu'on peut lire au square Jacques TAULELLE . Et en ce 11 Novembre, pour ne pas oublier tous ceux qui on versé leur sang pour défendre la LIBERTE, ces enfants venus parfois d'Amérique, du Canada et de plus loin encore, cette lettre de Guy Môquet, un enfant qui embrasse tout simplement ses parents avant de mourir, à l'âge de 17 ans. Un poème, une leçon de vie.

***

Fusillé le 22 octobre 1941 à côté de Chateaubriant

Ma petite maman chérie, mon tout petit frère adoré, mon petit papa aimé,

Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c’est d’être courageuse. Je le suis et je veux l’être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j’aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon coeur, c’est que ma mort serve à quelque chose. Je n’ai pas eu le temps d’embrasser Jean. J’ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. Quant au véritable je ne peux le faire hélas ! J’éspère que toutes mes affaires te seront renvoyées, elles pourront servir à Serge, qui je l’escompte sera fier de les porter un jour. A toi, petit Papa, si je t’ai fait, ainsi qu’à petite Maman, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j’ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m’as tracée. Un dernier adieu à tous mes amis et à mon frère que j’aime beaucoup. Qu’il étudie bien pour être plus tard un homme. 17 ans et demi ! Ma vie a été courte ! Je n’ai aucun regret, si ce n’est de vous quitter tous. Je vais mourir avec Tintin, Michels. Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c’est d’être courageuse et de surmonter ta peine. Je ne peux pas en mettre davantage. Je vous quitte tous, toutes, toi Maman, Serge, Papa, je vous embrasse de tout mon cœur d’enfant. Courage ! Votre Guy qui vous aime

***

***

Et pour Maman qui a du mal à lire :

http://tempsreel.nouvelobs.com/videos/player.php?id_video=1897

***

Vendredi dernier, escale à Marseille pour l'anniversaire de mon frère "chenapan". J'étais tellement occupé à parler que je n'ai pas pris de photo. C'est Hubert qui s'en est chargé...

***

***

Au retour de Marseille samedi matin, le vent soufflait avec rage, arrachant des embruns à la mer. Les rafales venaient de terre, la mer restait maniable pour une navigation côtière à condition de prendre la route des "crabes", au ras des cailloux.  Du force 9 bien établi. Je pensais à mon petit compagnon du vent amarré plus au Sud à un quai du Roussillon. Pays de vents et de lumières... J'ai pris cette photo à un feu rouge à Fos sur Mer, par la fenêtre de ma bonne vieille Safrane "présidentielle"...

***

***

Ces émouvantes photos du passé, c'est Jacqueline qui nous les a apportées de sa Dordogne résidentielle. On reconnait sur celle-ci notre grand-mère Fernande, notre grand-père Gabriel qui tient dans ses bras sa fille aînée, notre Maman  Lysette l'année de sa naissance (1924).

***

***

A Moulay Bousselham : Mamie et ses trois aînés, Maman, Sounet, Dany.

***

***

Mamie et Jacqueline à la Karia Daouïa, la Maison Lumineuse, en 1930.

***

***

Dans les années 30, les pêcheurs espagnols venaient sur la plage de Moulay Bousselham échanger leurs poissons (ici une CORBINE, appelée aussi Courbine ou Maigre) contre des denrées telles que vin, fruits, légumes...

***

***

Mamie dans une voiture d'époque...

***

 

***

Après ce voyage nostalgique vers le passé, Raphaëlle ma nièce nous ramène à la dure réalité du quotidien : elle nous gratifie d'un superbe défilé de mode en se parant des robes dont Jacqueline n'a plus l'usage...

***

***

Nous sommes tous au spectacle : ici mon frère Philippe, Chatelain de Dordogne...

***

***

Fuofuuuuuuuuuuuu Raph....

***

***

Encore un petit retour vers le passé. 1960. Derrière Jacqueline, on devine sa fille, ma cousine Brigitte, née comme moi cette immense année du millénaire qui vit Hilary et son Sherpa Tensig conquérir le toit du monde...

***

***

Brigitte (à gauche), Valérie et Bertrand.

***

***

Le vin hongrois, c'est divin : on lève tous notre verre à Jacqueline :

Bon anniversaire tantine!!!

***

***

Maman nous a encore régalés des mets les plus délicieux : ici, une flambée de bananes avec un rhum cinq étoiles. Je ne sais pas resister à une banane flambée par Maman...

***

***

http://www.dailymotion.com/video/x1rvp9_les-voyages-en-train_music

***

Les réunions de famille se terminent toujours par des départs. On accompagne en gare d'Alès Joëlle et Pierre-Emmanuel au train de Montpellier.

***

 

***

Pour se remettre de ces émotions, rien de tel qu' un Irish Coffee au "Bureau".

***

Jeudi 15 Novembre 2007 : Voici un poème de la petite Emma :

LE VENT SOUFFLE SUR LES FEUILLES DES ARBRES MORTS
LE VENT SOUFFLE SUR LES FEUILLES QUI S'ARRACHENT
LE VENT SIFFLE TRES TRES FORT... QUE CA RESONNE
LE VENT SIFFLE QUE TOUT S'ENVOLE
LE VENT SOUFFLE TRES TRES FORT
QUE NOUS NOUS ENVOLONS AU PARADIS
LE VENT SOUFFLERA MÊME A LA DEUXIEME VIE...

***

Merci Emma. Cela mérite un couplet : 

les_bleuets_du_poete

***

Lundi 19 Octobre à 22h40 :

20184 ème visiteur à l'assaut du blog, il a bien mérité lui aussi un joli couplet :

http://www.dailymotion.com/video/x3iptg_baby-alone0001_music

Page suivante :  ~~ A  BELLA ~~

 

 

 

Posté par chiloedream5 à 17:31
20 novembre 2007

A BELLA

***

***

Déjà plus d'une feuille sèche

Parsème les gazons jaunis

Soir et matin, la brise est fraîche,

Hélas les beaux jours sont finis !

(Théophile GAUTIER, Emaux et Camées.)

***

***

Quand viendra le soir,

Porte ouverte,

Je l'attendrai celle Qui,

Dans mes rêves,

A promis de venir.

***

 

***

Marin, prends garde ! Marin, prends garde !

Tu côtoies le danger , attention !

Attention ! Bien des coeurs braves dorment au fond,

Ainsi donc, attention ! Attention !

***

***

Dans mon coeur, bien des choses ...

Qu'elles aillent au gré

Des mouvements du saule

(Matsuo BASHO)

***

***

Il y a toujours, dans notre enfance,

un moment où la porte s'ouvre et laisse entrer l' avenir.

(Graham GREENE, La Puissance et la Gloire)

***

***

Je t'ai donné une poésie où j'avais célébré ta beauté,

mais tu l'as déchirée et tu en as jeté les morceaux dans le lac...

parce qu'il n'avait pas de nénuphars m'as-tu dit.

(HI-TSONG, Poèmes)

***

***

Nuit claire, et pourtant sans lune :

Mon aimée a rêvé d'une verte couronne,

Elle a souri dans son sommeil

Et son sourire illumina la nuit.

(Jovan JAVANOVIC-ZMAJ, Roses)

***

***

Voilà ! Mon poème est fini, et je puis me moquer,

en longeant les bords de cette rivière,

du succès des honneurs et des richesses.

Car les suffrages du monde sont-ils vraiment de longue durée?

Mais non ! Il serait aussi fou de le croire

que de croire que les eaux du Han

pourraient remonter leur cours.

(LI T'AI PO, Un chant sur la rivière)

***

***

Il avait vu au cinéma, le blé en herbe ...

***

***

Je vais, je vais,

Et si je tombe,

Que je sois bercé

Par la chanson du vent d'automne...

***

***

Le poisson peut être harponné dans l'eau profonde,

L'oiseau tué haut dans l'air,

Le coeur humain demeure inaccessible,

On ne peut l'atteindre, ni le saisir au piège ...

(Ancien poème chinois anonyme)

***

***

Comme ils s'aiment les papillons !

Puissé-je après la mort renaître,

Dans la plaine, papillon !

(ISSA)

***

***

Les herbes ont si bien poussé

Que vous ne pouvez même plus voir

Le sentier qui mène chez moi :

C'est que j'ai attendu trop longtemps

Quelqu'un qui ne voulait pas venir.

(Sojo HENJO, Tanka)

***

Toutes ces images sont pour Bella,

toute cette poésie est pour elle,

pour toute la beauté du monde disparue.

http://www.dailymotion.com/video/x3iptg_baby-alone0001_music

***

***

La plus belle chose que nous puissions éprouver,

c'est le côté mystérieux de la vie.

C'est le sentiment profond

qui se trouve au berceau de l'art et de la science véritable.

(Albert EINSTEIN, Comment je vois le monde)

***

J 'ai fait un rêve cette nuit : parfois nos rêves sont flous. Celui-là était clair net et précis : j'étais à Rabat, je longeais le lycée Descartes. Lumière étincelante. Coup de zoom sur la fenêtre d'une classe où j' avais peut-être posé mes fesses. Derrière la vitre, une lycéenne, et un lycéen qui se tourne vers moi avec un regard d'océan. Je vais prendre la photo du siècle, je sens une présence à ma droite :  un photographe avec du matos incroyable zoome sur le même sujet. Je trouve cela amusant : je lui dis : vous prenez les mêmes photos que moi? Il me répond : je n'ai pas le temps de parler photo. Et il reprend sa marche en direction de Cézanne sans autre mot dire, me laissant  en plan devant la fenêtre de mon passé. J'ai éprouvé une surprise intense et une déception de voir disparaitre cet inconnu sans avoir pu déceler une once de son secret... Toute la journée, j'ai eu le sentiment très fort d'avoir passé la journée d'hier à Rabat, la plus belle ville du monde...

Page suivante :  ~~ PLUIE EN CEVENNES ~~

 

 

 

Posté par chiloedream5 à 17:34
24 novembre 2007

PLUIE EN CEVENNES

***

***

Tombe doucement

Ô toi pluie d'automne ! Tombe sur les cîmes

Et dans les sous-bois sombres...  Et n'éparpille pas

Les feuilles du chataîgner

Avant que je ne les ai vues...

***

***

Voilà le risque par temps pluvieux  : se retrouver sur un limon glissant comme une savonnette. Ma Safrane présidentielle n'est pas faite pour les chemins de terre. J'ai tout essayé, en vain, j'ai dû appeler au secours pour qu'on me tire de là.

***

 

***

C'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière ...

(Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac)

***

 

 

Page suivante : ~~ ABDERHAMAN MARTIN DAVID ~~

 

 

 

Posté par chiloedream5 à 17:36
28 novembre 2007

ABDERHAMAN MARTIN DAVID

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"" Une foi n'est tolérable que si elle est tolérante  (Gisèle Halimi) ""

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Abderhaman, Martin, David, Et si le ciel était vide

Tant de processions, tant de têtes inclinées

Tant de capuchons tant de peurs souhaitées

Tant de démagogues de Temples de Synagogues

Tant de mains pressées, de prières empressées

 

 

 

 

Tant d'angélus, Ding, Qui résonnent, Et si en plus, Ding, Il n'y a personne...

 

 

 

 

 

 

 

Cimetière chrétien d' Essaouira, Maroc



Abderhaman, Martin, David, Et si le ciel était vide

Il y a tant de torpeurs, De musiques antalgiques

Tant d'anti-douleurs dans ces jolis cantiques

Il y a tant de questions et tant de mystères

Tant de compassions et tant de révolvers

 

 

 

 

 

Tant d'angélus, Ding, Qui résonnent, Et si en plus, Ding, Il n'y a personne

 

 

 

 

 

 

Arour hachem, Inch Allah, Are Krishhna, Alléluia

 

 

 

 

 

Abderhaman, Martin, David, Et si le ciel était vide

Si toutes les balles traçantes, Toutes les armes de poing

Toutes les femmes ignorantes, Ces enfants orphelins

Si ces vies qui chavirent, Ces yeux mouillés

Ce n'était que le vieux plaisir, De zigouiller...

 

 

 

 

 

Et l'angélus, Ding, Qui résonne, Et si en plus, Ding, Il n'y a personne...

 

 

 

 

 

Et l'angélus, Ding, Qui résonne, Et si en plus, Ding, Il n'y a personne...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a, si je puis ainsi dire, trois puissants esprits qui, de temps en temps, se sont avancés sur la surface des mers, et ont donné une impulsion prédominante aux sentiments moraux et aux énergies de l' humanité. Ce sont les esprits de Liberté, de Religion et d' Honneur. (Henry HALLAM, L' Europe au Moyen-Âge)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"" D' où vient le Vent d' Automne ? Frémissant, frémissant, il nous envoie, par groupes, Les oies sauvages.

De bon matin, Elles entrent dans les arbres de la cour. Qui les a entendues le premier ?

Le voyageur solitaire... (Quatrain chinois de l' époque T' ang, 618-907) ""

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

THIBERINE - JARDIN FLEURI - IN MEMORIAM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cimetière chrétien de Larache, MAROC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"" Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots ""

(Martin Luther King)

 

http://www.dailymotion.com/video/x3m399_abderhaman-martin-david_music

 

Page suivante :  ~~ CARTES POSTALES DE MARRAKECH ~~

 

 

 

 

 

Posté par chiloedream5 à 17:38